Report a mistake
Cote1992W022 49-344
TitleMusée national d'art moderne-Service des manifestations.
Dates1969-1988
producteurMNAM/SERVICE DES MANIFESTATIONS

Presentation content

Dès l'intégration du Musée national d'art moderne au sein du Cnac-Gp en 1974, le service des manifestations eut pour missions de coordonner la programmation et de réaliser les manifestations du Musée. Le service sert alors de lien entre le concepteur de la manifestation, l'architecte, les ateliers du Musée, la régie des oeuvres, les éditions et le service de presse. Il assure également le suivi budgétaire et financier. A partir de la réorganisation de l'établissement en 1992, qui aboutit à la fusion du Musée national d'art moderne et du Centre de création industrielle, le service des manifestations prit en charge l'ensemble des manifestations.

Le Musée national d'art moderne avait pris le relais de l'ancien musée du Luxembourg créé en 1818 par Louis XVIII pour accueillir les uvres des artistes vivants destinées à rejoindre le musée du Louvre dix ans après leur mort. En 1861, le musée s'ouvre aux écoles étrangères jusqu'à constituer à partir des années 1890 une section suffisamment importante, qui sera installée en 1922 dans une annexe, au Jeu de Paume, laquelle deviendra en 1932 le « Musée des Écoles étrangères ».

Confronté de nouveau à l'exiguïté du musée du Luxembourg, malgré son installation dans le bâtiment actuel, construit en 1886, et son extension dans l'Orangerie contiguë pour y abriter les sculptures, et après l'abandon du projet de « Cité des musées », proposé en 1929-1930 par Auguste Perret à l'emplacement du Palais du Trocadéro, l idée de construire un musée d'art moderne est alors promue en 1932 par Louis Hautecoeur, conservateur du musée des Artistes vivants.

En 1934, l'État décide alors de construire un musée national d'Art moderne sur le site de l'ancienne manufacture de tapis de la Savonnerie doublé d'un second musée d'art moderne pour la ville de Paris et le 24 mai 1937 le président Lebrun inaugure le « Palais des musées d art moderne », construit pour l Exposition internationale de 1937 et ensuite dénommé Palais de Tokyo.

Le 6 août 1942, le Musée national d'art moderne, dont l'inauguration prévue pour 1939 avait été repoussée par la nécessité de travaux de finition puis par la guerre, connut enfin une ouverture partielle avec un tiers seulement de la collection ramené des dépôts de la zone occupée et sans les écoles étrangères, conservées depuis 1922 au musée du Jeu de Paume, alors évacuées et mises à l'abri au château de Chambord. À la libération, le « Musée des Arts Modernes » reprend ses activités avec l'exposition « Art et Resistance », du 15 février au 15 mars 1946. Mais le Musée national d'art moderne n'ouvrira véritablement ses portes que le 9 juin 1947 en intégrant les collections du « Musée des Écoles Étrangères » du Jeu de Paume.

En 1974, le Musée national d'art moderne est transféré dans le nouveau Centre Georges Pompidou avec les uvres débutant par le fauvisme en 1905, en laissant au Palais de Tokyo les uvres post-impressionnistes des artistes nés avant 1870, qui rejoindront en 1986 le musée d'Orsay.

Conditions Governing Access

La plupart des dossiers sont librement communicables, à l'exception des documents qui contiennent des informations mettant en cause la vie privée ou le secret industriel et commercial, soumis au délai de communication prévu par l'article L. 213-2 du Code du patrimoine (50 ans à compter de la date de l'acte).

Related Material

Pôle archives : catalogues, affiches, documents de presse, courriers numérisés.

Bibliothèque Kandinsky (voir catalogue en ligne).

Archives des musées nationaux, musée du Luxembourg et musée national d'art moderne (série L).

Description sub-units